La Qualité est-elle compatible avec le Low cost ?


La Qualité est-elle compatible avec le Low cost ?

En théorie, Oui ! Mais c’est une question de modération, quand la recherche de « Bas-coûts » se limite à la suppression du superflu (le « petit plus » pas toujours utile et pas toujours attendu) et à une réelle véritable recherche de diminuer des coûts de non qualité par exemple.

Mais qu’en est-il en pratique ?

Dans une compagnie aérienne low cost, OK pour un meilleur remplissage de l’avion et on peut aussi se passer d’un repas pour un vol d’une heure, mais d’aller prendre son vol pour Londres à Beauvais, c’est déjà plus contestable, car là, c’est le contribuable qui paye une partie du billet (les subventions, plus ou moins légales, accordées aux compagnies, par les collectivités locales pour attirer ces compagnies sur leurs tarmacs) et les coûts de transport pour aller à Beauvais, sans parler du plus de pollutions en CO2 et sonores pour des avions qui volent plus bas.

La recherche à « tout prix » de réduction des coûts ? OK pour les approvisionnements auprès de producteurs locaux et économiser ainsi des frais de transport. Cela est encore acceptable pour l’agencement plus simple des magasins, mais cela l’est un peu moins pour la réduction sur les salaires des employés et des frais de personnels, car là, c’est ajouter de la crise à la crise. Le droit du travail y est déconstruit, avec l’émergence de sous-traitants venant de pays à bas coût de main-d’œuvre (bâtiment, travaux publics).

Encore moins quand dans certains aliments achetés en magasin discount on retrouve de l’acide hippurique dans les urines  des consommateurs, (un composant mis en cause dans le développement de problèmes cutanés ou d’hyperactivité chez l’enfant, était multipliée par quatre). Ou trois fois plus d’acide palmitique, augmentant d’autant les risques de diabète de type 2, d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Sans compter sur le développement de « l’optionnalisation »… à un prix prohibitif. Le low cost ne fait pas baisser les coûts : il les déplace.

« Le low cost, c’est la destruction du   monde paysan, du commerce de proximité, c’est les délocalisations, la baisse   des salaires et des cotisations sociales dans un monde où, au fond, tout ce   qui est de l’ordre de l’humain est un coût à supprimer au nom de la   compétitivité », déplore Christian   Jacquiau

Par contre, Une Qualité bien étudiée, judicieusement adaptée, peut entraîner de véritables réductions de coûts, attendus par les consommateurs :

–        les coûts des défaillances (internes ou externes),

–        les coûts de détection et de prévention

–        les coûts du préjudice commercial

Qu’en pensez-vous?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s