Que Coûte la « Non Qualité » ?


 

 En   1991, Le Mouvement Français pour la Qualité a mis en évidence que les coûts   de non qualité représenteraient en France de l’ordre de 15 % du CA des entreprises.

Calculer la « Non Qualité »

Le « coût de Non Qualité » n’est pas calculé de la même manière dans toutes les entreprises. Il existe un certain flou entre la notion de Coût de la Non Qualité (CNQ) et de Coût d’Obtention de la Qualité (COQ)

Raisonner en termes de coûts permet d’attirer l’attention des dirigeants sur l’amélioration de la qualité. Cela éclaircit la perception des acteurs de l’entreprise vis-à-vis de la qualité puisque le langage des coûts est commun à toute l’entreprise. Ainsi la qualité peut être comparée au reste des coûts de l’entreprise.

Objectifs du calcul du CNQ :

–        Une meilleure prise de conscience de la valeur ajoutée due à la Qualité

–        Chiffrer en Euros les erreurs commises par les employés permet d’améliorer la compréhension et la manière d’appréhender la non qualité. La communication sur le sujet en sera fortement améliorée.

–        Etablir des priorités sur  les actions d’amélioration qui ont le plus d’impacts financiers

Les coûts de Non Qualité prendront en compte :

–        Coûts de prévention : Coût de formation du personnel, Coût des actions de maintenance permettant d’assurer la stabilité du processus de fabrication, Coût des actions d’amélioration

–        Coûts de détection : Coût des dispositifs de contrôles (leur entretien et  leur gestion).

–        Coûts de défaillance interne : Manque à gagner dû à la production des non-conformités (Coût des retouches, des rebuts, des activités humaines supplémentaires, des consommations de produits supplémentaires.

–        Coûts de défaillance externe : Coût des retards de livraison, Coût de gestion litiges avec le client. Coûts logistiques d’acheminement ou de stockage du produit de remplacement

–        Coûts du préjudice commercial : Coût de dégradation de l’image de l’entreprise, coût de la perte de clients.

Coûts   de Non Qualité  =  Coût de prévention +  Coût de détection + Coût de défaillance   interne + Coût  de défaillance externe +  Coût   du préjudice commercial

 

Comment calculer ces coûts :

Le grand livre comptable constitué de l’ensemble des comptes utilisés par l’entreprise lors de l’enregistrement des opérations au journal, est la principale source d’information. Il permet d’effectuer des regroupements d’opération de même nature afin de les analyser.

D’une manière générale, seuls  les comptes de la classe 6 dits de « charges » seront utiles pour trouver les coûts concernant la Non Qualité. Par exemple on trouvera les achats consommés (Matières premières et fournitures, Fournitures d’entretien, …), les charges de personnel (rémunérations et charges de sécurité sociale).
Ce livre est disponible auprès du service de comptabilité.

Les rapports de Non-Conformité précisent la nature du problème qualité, la quantité de pièces concernées et les actions correctives menées.

Le calcul du coût de la Non-Qualité est une méthode comptable qui permet de localiser dans l’entreprise toutes les dépenses inutiles provoquées par les défaillances des produits et services. Le coût de la qualité comporte les mêmes éléments avec, en plus, le coût de la prévention des défaillances

Le coût de la Non Qualité varie selon l’endroit de sa découverte dans la ligne de fabrication, plus celui-ci est découvert en fin de processus et plus son coût est élevé. Celui-ci devra tenir compte de toutes les ressources de la transformation du produit.
Si le défaut est découvert chez le client, il faudra ajouter les frais de litiges, indemnité et le rapatriement du produit sans oublié son remplacement.

En 1995, Selon une étude du SEI (Software Engineering Institute)  La Non Qualité dans le secteur informatique sont de l’ordre de 50 % du Chiffre d’affaires.

Réduire les coûts de la Non Qualité :

Les coûts de Non Qualité peuvent être diminués par la mise en place de contrôles, puis par la mise en place d’actions de prévention. Pour les réduire  davantage, il faut mettre en place un système d’assurance de la qualité avec l’usage de divers outils et techniques de réduction des erreurs humaines.

 En 1984, selon le   rapport BAPT, la non-qualité représente 10% à 30% de la valeur ajoutée des   entreprises (soit 2500 Euros par an et par salarié)

En 1987, selon   Edouard Balladur, la non-qualité a représenté 50 Milliards d’Euros, plus d’un   quart (1/4) du budget national, 20 à 30% du chiffre d’affaire des entreprises  ou des budgets d’organisation.

Une autre estimation du coût de la non-qualité (CQN) en France a été donnée :

¤ 25 Milliards d’Euros dans l’industrie   du bâtiment

¤ 45 Milliards d’Euros pour l’ensemble   de l’activité industrielle.

Ramené à un   salarié, ce coût de non-qualité (CQN) est de 2166,6 Euros/an.

Le ratio moyen par   rapport au chiffre d’affaires (CA) est de 20 à 25%.

¤ En grande Bretagne 180 à 500   livres/ouvrier/an

¤Aux USA 500 à 1000 Dollars/ouvrier/an, ratio 10 à 15%

¤Au japon Ratio 5 à 8%.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s